Journée de test d'ancrages

Journée organisée par l'association PLANVERTICAL du 
07 MARS 2017
PRESENTATION DE L’APPAREIL TESTEUR D’ANCRAGE
fourni par le CAS

Présences
-          Bertrand Gentison -  PV   
-          Robert Rehnelt– CAS       
-          François Mathey 
-          Jean-Marie Moos – PV
-          Vivien Jean
-          Michel Piola
-          Hubert Caloz
-          Piguet Louis - Mammut
-          Jean-Marie Porcellana – PV/VH


Matinée  salle de théorie Vertic-Halle deSaxon

Présentation de l’appareil de test d’ancrage CAS
1.    Le présent appareil est fourni par le CAS. Il coûte Fr. 4'000.—. Cet appareil est fragile et doit être utilisé méticuleusement. Pour cela, un contrat est signé entre PV et le CAS.
2.    Cet appareil permet de tester uniquement les broches d’ancrage scellées au mortier de résine et n’altère en rien la solidité de l’ancrage. La force de traction est bridée à 500kg. ;  un crochet du ciel résistant à 600 kg. fait office de fusible, dans le but de ne pas endommager l’appareil. Si l’ancrage ne bouge pas, le point est correct ; si l’ancrage sort ou bouge , il est à refaire ou à remplacer dans les plus bref délais.
3.    PV devra se munir d’une boîte comprenant d’une pince à bride, quelques brides et autre petit matériel pour une éventuelle réparation ou perte.
4.    Une clé dynamométrique réglée à 500kg. est fixée sur l’appareil et peut être enlevée si nécessaire. Une tabelle spécifiera la force de traction si on désire la régler.
5.     L’appareil, posé contre la paroi, doit être stable. Les 3 pieds doivent être bien calés contre la paroi, la chaîne doit être perpendiculaire à l’appareil et ne pas frotter contre le métal.
6.    En aucun cas, l’appareil ne doit être utilisé ou prêté sans instructions en conditions réelles. Pour cela, PV animera des journées d’instructions et de formation.



APRES-MIDI  gorge de la Lizerne rive gauche

 Un point d’ancrage, type broche à sceller, 12mm., a été fixé le matin. La préparation d’un trou de 14mm., nettoyage avec un souffleur poire et brosse ronde, insertion de 2 cartouches Hilti 2 composants,  une cartouche n’a pas suffi car le trou était trop grand.
La pose de cet ancrage n’a pas été facile,  néanmoins, la colle a pris.
L’appareil est présenté par Roby, concepteur de l’appareil testeur d’ancrage.
La tension est réglée à 500 kg. et le point d’ancrage n’a pas bougé d’1/10 de millimètre. Une trentaine de tensions a été réalisée pour cet essai. En situation réelle, une ou deux tensions suffises pour le test. Roby conseille de tester le 1er point et le dernier point de la voie ; inutile de les tester tous. Pour la démonstration et, malgré la difficulté pour réaliser cet ancrage, on peut constater que la solidité de celui-ci est déjà impressionnante. Roby nous rapelle que le test n’a aucun effet dévastateur sur l’ancrage.
D’autres démonstrations, notamment la réalisation d’un trou pour le scellement, ont été démontrées par Roby et Louis. Louis préconise de faire une petite poche « résistance » sur le haut du trou, une bavure pour que l’ancrage soit affleurée au rocher.

RETOUR A LA SALLE
Bertrand lance le débat sur l’avenir du rééquipement et la question fatidique : « avec quel matériel faut-il équiper ou rééquiper, actuellement ? ».
Michel Piola est convaincu que le scellement est, de loin, la meilleure façon de procéder. Des anciens points, de plus de 10 ans, sont encore en excellent état, alors que d’anciens points posés sans scellement, causent énormément de problèmes, notamment : le boulon se dévisse, surtout pour les points en inox. Le galvanisé pose moins de problème sur le dévissage de l’écrou,  mais la rouille s'installe rapidement.
Roby confirme que le scellement est bien plus résistant à long terme. Jean-Marie P. soulève la question de l’esthétisme et surtout du rééquipement des anciennes broches scellées qui laissent, de manière indélébile, de grosses marques sur le rocher.
Le débat est intéressant car tout le monde a pu s’exprimer sur les défauts et les qualités du matériel. Il en ressort que le scellement est la solution d’avenir, en tout cas pour les écoles d’escalade. Le scellement, par contre, nécessite beaucoup plus d’attention. Un scellement négligé ou mal fait n’a aucune tenue et peut s’avérer très dangereux. L’appareil de mise en tension axiale a l’avantage de confirmer un bon ou un mauvais scellement. Plan Vertical doit se positionner à l’avenir : scellement ou tige expansive ?. Selon Jean-Marie P., les scellements sont l’avenir du rééquipement, mais il sera primordial d’organiser des journées de formation pour que le travail soit d’une réalisation parfaite.
Si  l’on veut continuer à poser des  tiges à expansion et plaquettes , il faut absolument qu’elles soient en inox qualité A4, l’inox marin n’est pas utile dans notre région, JMP préconise d’utiliser des tiges pour béton fissuré, Roby préconise d’avoir une longueur minimale de 90 mm.
Scellements
Avantages
Pas de mise sous tension permanente
Possibilité de mettre dans des endroits plus délicat, légère fissure, bosse, prêt d’une arête
Pas d’écrou qui se dévisse et plaquette qui tombe
Résistance accrue à long terme (si pas d’infiltration d’eau)
Désavantages
Mise en oeuvre plus délicate
Très difficile à enlever
Laisse des traces indélébiles lors de rééquipement
Plus de temps de pose et de matériel, utilisation après 24 hr

Tige à expension avec plaquette
Avantages
Vitesse de pose
Utilisation instantanée
Facile à casser ou enlever (cacher en faisant un trou plus profond)
Poids
Trou de 10 mm , facile à boucher et très discret voir invisible en cas de rénovation

Désavantages
Ecrou qui se dévisse et plaquette qui peut tomber
Tension permanente, fatigue du métal
Humidité ou eau qui rentre dans le trou, corrosion plus rapide
Tige qui tourne, plus possible de serrer l’écrou
Pas adapté dans les roches tendres
Risque d’éclatement du rocher par l’expansion si c’est mis dans une zone de faiblesse.
Diamètre réduit par le filletage

Déformation de la plaquette si elle se tourne.